Actualités

Ouest-France I Calvados S. Yon-Courtin, candidate Renaissance - 14.05.2024

La conseillère régionale figure à la 13e place sur la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer aux élections du 9 juin. 

Profil

2014. Maire de Saint-Contest et vice-présidente de la communauté urbaine de Caen-la-Mer.
2019. Élue député européenne.
2021. Élue conseillère régionale de Normandie.

 « J’ai toujours voulu être députée européenne. » Stéphanie Yon-Courtin n’envisage pas de laisser son siège à Bruxelles. La conseillère régionale et ancienne maire de Saint-Contest a été nommée en 13e position sur la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, l’actuelle présidente du groupe Renew au Parlement européen.

L’avocate de formation spécialisée en droit européen de la concurrence mène la campagne contre le principal adversaire de Renaissance aux élections européennes du 9 juin, l’extrême droite.

« Les extrêmes surfent sur les crises »

« Tous les extrêmes sont une menace. Ils ne respectent pas les gens et surfent sur les crises et les mal-être, tacle l’ancienne juriste à la Commission européenne de 50 ans. Pourtant, ça fait dix ans que le Rassemblement national gagne aux Européennes. Et qu’ont-ils fait ? Rien. On ne les croise jamais à Bruxelles et si on avait suivi leurs idées, la France serait sortie de l’Union européenne en 2019. »

Comment parvenir à obtenir un maximum de sièges en juin ? La candidate mise sur trois propositions. La première, c’est de muscler le budget défense en investissant 100 milliards d’euros à l’échelle européenne. « Il faut réindustrialiser l’UE pour protéger l’Ukraine et notre pays, par extension », précise-t-elle.

La deuxième proposition de la liste Renew concerne le déploiement des énergies décarbonées d’ici à 2050 « pour sortir des énergies fossiles et de notre dépendance à la Russie ». Comment ? « En développant le nucléaire. » Et la troisième proposition du groupe porte sur l’application du CETA, le traité de libre-échange entre l’UE et le Canada.

« Il n’est pas parfait mais il est nécessaire pour nos agriculteurs. Les exportations de produits laitiers et de fromage vers le Canada ont augmenté de 60 %. Les vins et spiritueux, c’est 24 %, développe Stéphanie Yon-Courtin. Il faut encourager la clause de réciprocité et privilégier les produits européens. ».

L'article original ici.